INTERVIEW MXA: THOMAS COVINGTON SUR LA QUITTE DES GP POUR L'AMA

Thomas Covington reviendra aux États-Unis pour la saison 2019.

Par Eric Johnson

Alabamian devenu sud de la Californie laissera derrière lui les drapeaux tricolores, les klaxons à air, la pluie et les genoux du MXGP pour un retour aux États-Unis en 2019. Thomas rentrera chez lui cet automne pour se préparer à un nouveau concert qui le verra course pour l'équipe Rockstar Energy Husqvarna sur le circuit AMA Pro. Après cinq saisons dans le vieux monde du motocross européen, Covington s'essayera au Supercross américain à partir de janvier. Il convient de noter que Covington n'a aucune expérience en Supercross. En fait, il n'a jamais couru un AMA National. Il a quitté les Loretta Lynn Amateur Nationals il y a cinq ans et a déménagé en Europe. Pour ces raisons, nous avons retrouvé Covington alors qu'il errait dans les Pays-Bas

VOUS AVEZ GOUTTE UNE BOMBE EN ANNONCANT QUE VOUS RETOURNEZ AUX ETATS-UNIS POUR COURIR EN 2019 POUR L'EQUIPE ROCKSTAR ENERGY HUSQVARNA. Comment tout cela s'est-il passé? Oui, j'ai remporté la victoire dans cette course de qualification et je me suis dit qu'il était temps de faire savoir à tout le monde ce qui se passait.

Bien qu'il soit douteux que Covington soit une menace majeure dans la série 250 East Supercross, il sera une force dans les AMA 2019 Nationals 250.

Depuis combien de temps savez-vous que vous quitteriez MXGP pour l'AMA? C'est en préparation depuis longtemps. Vers la fin de la saison l'année dernière, j'ai signé une lettre d'intention avec Bobby Hewitt de Rockstar Husqvarna et au Motocross des Nations 2017 en Angleterre, j'ai signé le contrat officiel.

VOUS AVEZ EU DU TEMPS POUR FAIRE DES PLANS. Oui. Mais pendant les premiers mois après la signature de l'accord, je me disais: «Mec, j'aimerais vraiment rester ici un an de plus et terminer ma dernière année éligible en MX2.» Cependant, après y avoir réfléchi et avoir discuté avec les deux équipes - ici et avec Bobby aux États-Unis - je pense qu'il est dans l'intérêt de tout le monde pour moi de rentrer à la maison pour la saison prochaine.

Le déménagement en Amérique est plus latéral que vertical. Il courra toujours pour Husqvarna, seul le pays changera.

S'agissait-il vraiment d'une décision difficile à prendre? Oui. Ce fut une décision vraiment difficile pour moi car autant que j'aimerais rentrer chez moi et vivre aux États-Unis., J'adore courir les GP. Là où j'habite, entre la Hollande et la Belgique, je me sens un peu comme chez moi. Tous les gars dans les stands ici sont devenus ma famille. Ça va être assez difficile de les laisser derrière et de recommencer à zéro aux États-Unis. Ça a été une expérience formidable ici.

QUAND VOUS AVEZ DÉCIDÉ DE COURIR EN EUROPE AVEZ-VOUS DES OFFRES DE COURSE EN AMÉRIQUE? Beaucoup de gens pensent que je n'avais pas d'autre option et que je devais venir ici. En fait, j'avais la possibilité de faire du supercross avec une bonne équipe aux États-Unis, mais quelque chose au sujet des GP m'a intrigué. J'ai décidé d'y aller et je suis vraiment content de l'avoir fait. Ce fut une expérience formidable.

En Europe, où Thomas se trouve depuis cinq ans, il a une base de fans. En Amérique, il est viralement inconnu, car il n'a jamais couru un AMA National ou Supercross de sa vie.

QUE FAITES-VOUS DE LA DOMINANCE DE JEFFREY HERLINGS DANS LA CLASSE 450 CETTE ANNÉE? C'est incroyable. Vous ne pouvez pas frapper du tout. Il y est vraiment. Il n'est presque pas humain. C'est vraiment cool de pouvoir le regarder en personne. Le regarder et Tony y aller est assez étonnant.

JEFFREY HERLINGS A DÉFINITIVEMENT OBTENU SA MAISON EN ORDRE CETTE ANNÉE. Oui. Je pense qu'il est un peu plus âgé. Et mentalement, il semble un peu plus stable. L'année dernière, Cairoli se mettait dans la tête avec ce qu'il avait dit lors des conférences de presse ou autre chose. Cette année, il ne s'inquiète pas du tout. Peu importe ce que Tony dit ou publie sur les réseaux sociaux ou quoi que ce soit, il est concentré confiant.

Lorsque Thomas Covington est allé pour la première fois en Europe, il a commencé avec une équipe Kawasaki liée au Pro Circuit, pour lequel il a couru en tant qu'amateur.

DANS LA MESURE DE VOS EXPLOITS DE COURSE, TOUT EST CERTAINEMENT CLIQUÉ POUR VOUS LE DERNIER WEEK-END EN FRANCE. Lors des séances d'entraînement, je n'allais pas très vite ou quoi que ce soit. J'étais dans le top 10 environ lors des essais. Dans la course de qualification, je savais que je devais prendre un bon départ car c'était une piste vraiment technique et ornière et je savais que ce ne serait pas facile à transmettre. J'étais troisième au départ et au moment où nous avons réussi à terminer l'arrivée du premier tour, je suis entré en deuxième position, puis j'ai en quelque sorte traqué Jorge Prado pendant la moitié de la course et j'ai finalement pris la décision. J'ai fait une belle course avec Jonass. Il était partout sur moi à la fin. C'était cool de remporter une victoire de qualification devant tous les fans de France.

Lors de la première manche, j'ai tiré le trou et je menais à chaque tour. Ce fut une course sans faille. C'était probablement l'une des meilleures courses de ma carrière. Je n'ai eu aucune erreur et la navigation a été fluide tout au long du parcours. La deuxième manche m'a mis un peu de pression car j'ai presque passé le week-end parfait. Je voulais vraiment le tout. Nous avons eu un peu de pluie la veille et le départ était un marécage. Ils l'avaient déchiré, mais c'était vraiment lourd.
En fait, j'ai décidé d'aller avec le pneu scoop - le pneu sable - pour le départ, ce qui est assez fou sur une piste française en dur. Nous en avions besoin pour le début. Mais j'ai fait quelque chose de mal au-dessus de la porte. Je viens de faire une erreur et je suis sorti du premier virage en milieu de peloton. J'ai fait des passes rapides dans les premiers virages et suis monté dans le top 10, puis quelqu'un est descendu devant moi dans le premier tour et je suis resté coincé et suis allé à l'arrière du peloton et j'ai dû remonter . Au moment où je suis arrivé en troisième position, je n'avais pas le temps de faire la passe en deuxième place pour le classement général. C'est ce que c'est. Je pense avoir tiré le meilleur parti d'un départ médiocre dans la deuxième course.

L'année prochaine dans les championnats nationaux AMA, la grande majorité des circuits sera nouvelle pour Thomas et il n'y aura pas beaucoup de pistes de sable comme en Europe.

QU'EST-CE QUI EST EN PLACE POUR VOUS EN FRANCE? Cela s'est vraiment résolu au début. C'était une si grande partie de la course. Si je n'obtiens pas d'étoile avec les garçons de KTM, il n'y a pas à les pourchasser.Mes débuts ont été difficiles et nous avons vraiment travaillé là-dessus pendant la semaine - j'essaye juste quelques choses pour me faire sortir de la porte et ils semblent pour fonctionner assez bien. Je dois juste être un peu plus cohérent avec cela. Si je peux être parmi les trois premiers au départ, je pense que je peux gagner. J'ai la vitesse de ces gars-là; ce n'est qu'une question de début.

QUELLE A ÉTÉ LA RÉACTION DANS LES PUITS AUX NOUVELLES QUE VOUS ÉTAIEZ LAISSANT À LA FIN DE LA SAISON? Certaines personnes avaient déjà entendu des rumeurs, mais je pense que tout le monde était un peu choqué que je sois sorti et que je l'ai dit sur le podium en France. Personne ne s'y attendait. Je pense que beaucoup de fans de l'Euro étaient un peu déçus. J'ai eu beaucoup de gars qui m'ont approché et ils se sont dit: "C'est la dernière fois que nous allons vous voir en personne!"

C'est pourquoi je suis tellement motivé pour la seconde moitié de la saison MX2. Ce sera la dernière occasion de rouler devant les fans de l'Euro et de rouler sur des pistes légendaires comme Saint-Jean. J'aimerais rentrer chez moi et me souvenir d'avoir remporté une victoire de GP à certains de ces endroits. Je vais vraiment y aller ici dans la seconde moitié de la saison.

Thomas Covington aura le même vélo et le même parrainage Rockstar, mais ce sera un tout nouveau monde dans l'AMA.

AVEZ-VOUS REGARDÉ LE CHAMPIONNAT NATIONAL AMA DE MOTOCROSS À LA TÉLÉVISION? Oui. J'étais assez intéressé, en fait. Tomac a l'air impressionnant en ce moment. Il y est. Comme d'habitude, quand il est allumé, il est allumé et il est vraiment impressionnant. Dans la catégorie 250, c'est vraiment dommage de voir Osborne blessé comme ça, mais c'est toujours une très bonne course. Je pense qu'il y a pas mal de gars qui peuvent gagner et monter sur les podiums. Ça a été une série amusante à regarder jusqu'à présent. Je ne suis pas très bon pour regarder les autres pilotes et dire: "Oh, je serais plus rapide que lui." C'est vraiment difficile à dire. En tout cas, c'est cool de voir ces gars courir sur les pistes sur lesquelles je serai l'année prochaine.

O W VOURIEZ-VOUS VOUS VOIR PARMI LES RIDERS AMÉRICAINS EN 2019? Je devrais être dans le top cinq. Je pense que c'est réaliste. Je ne pense pas que je devrais viser rien de moins qu'un top cinq. Le supercross sera un peu différent pour moi. Ma première saison va être un peu une expérience d'apprentissage pour moi, mais j'ai vraiment hâte d'y être.

AVEZ-VOUS JAMAIS PENSEZ QUE VOUS SERIEZ DE RETOUR EN AMÉRIQUE AVEC UN TOUR D'USINE? Dans le fond, j'ai toujours su que je voulais donner un coup de Supercross ar. Je le regretterais si je ne rentrais jamais chez moi et que je l'essayais. J'ai tellement appris sur les médecins généralistes que ce serait la valeur sûre de rester en Europe et de continuer à faire quelque chose que je sais. Je pense que c'est la meilleure décision de retourner en Amérique et de tenter le coup.

ressortissants amaBobby Hewittmotocross grand prixHusqvarnamotocrossMXMXAMXGProck star husqvarnaSUPERCROSSThomas Covington