L'INTERVIEW MXA: RICKY CARMICHAEL SUR LA STARDOM ET LA DOMINANCE

ÊTES-VOUS LE PLUS GRAND COUREUR DE TOUS LES TEMPS?  Je ne dirais pas que je suis le plus grand de tous les temps. Maintenant, si nous combinons le motocross et le Supercross ensemble, alors je suis le coureur le plus gagnant de tous les temps. J'ai eu la chance d'être assez bon en Supercross et d'être génial en extérieur. Les championnats nationaux sont toujours venus un peu plus facilement pour moi. Je suis reconnaissant d'avoir gagné plus de courses que quiconque ayant couru le Supercross et les Nationals. Je prendrai le titre de coureur le plus victorieux. En ce qui concerne les plus grands, il y a eu tellement de coureurs incroyables.

QUI SONT LES MEILLEURS COUREURS JAMAIS? Je dirais moi-même, avec Jeremy McGrath, James Stewart, Chad Reed et Ryan Villopoto. Les chiffres ne mentent pas. Je vais également lancer Ryan Dungey. Il est tellement solide, ce qui fait de lui l'un des grands.

LORSQUE VOTRE VÉLO A CASSÉ AUX ÉTATS-UNIS OUVERT RAPIDEMENT APRÈS AVOIR SORTI DE HONDA ET SIGNÉ AVEC SUZUKI, AVEZ-VOUS PENSEZ QUE VOUS AVEZ PRIS LA MAUVAISE DÉCISION? J'étais un peu frustré à l'US Open. En même temps, nous avons appris en équipe. Je savais que notre vélo avait la puissance et la maniabilité, mais les petites choses devaient être prises en charge. Ce n'est pas longtemps après la course que nous avons commencé à essayer de développer un meilleur équipement plus durable. J'ai toujours été un peu dur avec certaines parties de la moto. Suzuki a appris rapidement et nous n'avons plus eu de problème après cela.

VOUS ÉTAIEZ CÉLÈBRE POUR ÊTRE SECRÉTAIRE À PROPOS DE VOTRE RÉGIME DE FORMATION PENDANT VOTRE HEYDAY. POURQUOI LE CHANGEMENT DE CŒUR MAINTENANT QUE VOUS ÊTES RETRAITÉ? C'est une bonne occasion de partager avec d'autres ce qui a fonctionné pour moi pendant que je courais. Plus important encore, il est bon d'expliquer quelles choses n'ont pas fonctionné. J'aime aider les autres pilotes et les voir grandir. C'est très gratifiant pour moi. C'est une grande chose que nous avons pu faire avec l'Université Ricky Carmichael et le Camp Carmichael. Je sais aussi que certaines choses que j'ai faites sur la piste ne fonctionneront pas pour les autres coureurs. Je suis assez ouvert d'esprit, mais je pense toujours que la base de mon programme peut fonctionner pour tout le monde. Je partage des morceaux de ce que j'ai fait tout au long de ma carrière et les autres pilotes semblent apprendre de mes conseils.

DE QUEL CONSEIL DE CONDUITE POUVEZ-VOUS AVOIR TOUT CAVALIER? Les jeunes cavaliers doivent comprendre que chaque fois qu'ils ont la possibilité de rouler, ils doivent le faire. Vous en apprendrez tellement sur la moto et comment elle réagira plus vous roulez. Il est important d'avoir une bonne base avec votre circonscription. En termes de sécurité, il est essentiel de se concentrer sur les virages. J'ai très rarement perdu des courses parce que je n'ai pas fait de saut. Tant de gens se prennent au saut, mais ce n'est normalement pas le facteur décisif dans la course. Aussi, roulez selon vos moyens. Les vélos sont incroyablement rapides et les pistes sont plus rapides de nos jours. Lorsque vous touchez le deck, cela fait beaucoup plus mal maintenant. Soyez raisonnable et ne faites que ce dont vous êtes capable.



ÊTES-VOUS RESPONSABLE DU ROCZEN QUITTANT LE PROGRAMME DE FORMATION D'ALDON BAKER? Tout le monde pense que c'est la raison pour laquelle la relation entre Ken et Aldon s'est rompue. Ce n'est pas vrai. Je n'étais pas un grand partisan de l'équitation et de l'entraînement de Ken avec Ryan Dungey. Dans le même temps, le programme de formation d'Aldon ne fonctionne pas pour tout le monde. Cela a très bien fonctionné pour moi et Ryan Villopoto, mais cela n'a pas gelé avec Ken. Il n'y a rien de mal à cela. Ils se sont séparés, et c'est ainsi que cela a fonctionné.

Auriez-vous suivi votre formation lors de votre première compétition? Il n'y a aucun moyen au monde que je m'entraîne avec ma compétition principale. Cela aurait été comme inviter Chad Reed et James Stewart chez moi pour aller à cheval. Les temps sont tellement différents maintenant. Les choses ont beaucoup changé depuis 2007. Beaucoup de gars roulent ensemble maintenant. Je suppose que je suis un partisan des gars qui roulent ensemble maintenant, car il n'y a plus autant de secrets qu'auparavant. Tout le monde sait ce que font les autres. Il y a des choses sur lesquelles je travaille pour essayer de trouver des avantages. Ces personnes peuvent aider à trouver des améliorations dans la formation et différentes philosophies. Je pense toujours que le sport peut être élevé à un autre niveau, mais il faudra quelqu'un de spécial pour le faire.

ÊTES-VOUS HEUREUX DU PROGRÈS DU SPORT DEPUIS VOTRE RETRAITE? Je suis très content de l’orientation du sport. Toutes les courses sont en direct à la télévision. Il y a beaucoup de croissance. Je pense toujours qu'il peut y avoir un dialogue plus ouvert entre les équipes et les organisateurs de courses. C'est un travail en cours, mais le sport se développe.

QUE S'EST-IL PASSÉ DANS VOTRE ESPRIT PENDANT LA COURSE VERS DEUX SAISONS EXTÉRIEURES PARFAITES? Pendant ces deux années, notre moto était si bonne, surtout en 2004. J'ai vraiment apprécié la conduite de cette moto. Je me suis amusé à m'entraîner tous les jours sur ce vélo et j'avais hâte de faire la course. La seule fois où la pression m'est venue, c'est la dernière course de la saison. J'ai pensé à la façon dont je suis descendu au fil et n'avais pas perdu de moto. C'est à ce moment-là que ça m'a frappé - j'étais allé si loin, et j'ai senti la pression de gagner et de ne pas le jeter. C'est la seule fois que ça a dérangé mon esprit. Honnêtement, mon plus grand objectif était de remporter le championnat. Parallèlement à cela, deux saisons invaincues. Avec le recul, ce qui me frustre le plus, ce n'est pas d'être invaincu en 2005. Je n'ai pas pu obtenir les 24 motos et n'en ai remporté que 22 cette année-là. Je suis tombé à Southwick, puis Bubba et moi avons eu la course à Unadilla. J'étais si près d'être parfait en trois saisons nationales. Cette saison me bouleverse.

QUELS MOTS ONT ÉTÉ ÉCHANGÉS LORSQUE BUBBA A DÉBARQUÉ SUR LE DOS À UNADILLA EN 2005? Aucun. James a été mis KO et je ne l'ai pas vu sur le podium. Je ne sais pas s'il est même revenu le reste de la saison [note: Stewart est revenu à Millville mais s'est écrasé dans la deuxième manche et a été fait pour l'année]. Je pense que James m'a appelé une semaine après Unadilla et s'est excusé. Il m'a dit qu'il ne voulait pas atterrir sur mon dos. Je lui ai dit que ce n'était pas un problème. C'était la seule conversation que nous ayons eue sur l'incident.

DÉCRIVEZ VOS RELATIONS AVEC TCHAD REED ET JAMES STEWART PENDANT VOTRE CARRIÈRE. Dans les premières années, j'avais une meilleure relation avec James qu'avec Chad. Reed et moi étions de féroces concurrents. Je ne le connaissais pas vraiment en grandissant, puis il est entré en classe et a bien fait. Le problème venait des entourages. Ils ont fait grand cas de choses qui n'étaient vraiment rien. Ce n'était pas une rivalité agréable, car nous avons toujours voulu nous battre. J'ai toujours respecté énormément le Tchad. Quant à James, je le connais depuis qu'il est amateur. La relation avec James était très différente de ce qu'elle était avec Chad. Maintenant, dans nos vieilles années, j'ai une bien meilleure relation avec Chad qu'avec James. James fait son propre truc. Ce n'est pas une personne ouverte. Je ne pense pas qu'il ait quelque chose contre moi. Il s'en tient probablement à son truc et fait son propre accord. Je suis qui je suis. Chad et moi parlons beaucoup plus et nous rebondissons les uns les autres.

LA FOIRE D'INTERDICTION DE DROGUE AMÉLIORANT LA PERFORMANCE DE STEWART? Une règle est une règle. Tout le monde voulait que le dépistage des drogues soit mis en œuvre. Il a été mis en œuvre et vous l'avez. Ce qui s'est passé, c'est ce qui s'est passé. C'est regrettable. Une chose que j'ai apprise du sport, c'est que la mémoire des gens est très courte. À part en parler maintenant, je n'ai même pas pensé à la suspension de Stewart depuis longtemps. Les souvenirs sont courts en course.

POURQUOI AVEZ-VOUS OUVERT ET EMBRASSÉ LA STARDOM À LA FIN DE VOTRE CARRIÈRE?  J'ai vieilli. J'ai appris à mieux parler. J'ai grandi en tant que personne. Les choses ont changé de 20 ans à 27 ans. J'ai acquis de l'expérience, je me suis mariée et j'ai eu des enfants. J'ai grandi en tant qu'être humain et suis devenu plus instruit. C'est vraiment la seule raison pour laquelle je peux invoquer l'ouverture. Plus vous vieillissez, plus vous appréciez les choses.

Y A-T-IL DES RACES PARTICULIÈRES DE VOTRE CARRIÈRE QUI SE DÉCOULENT DE TOUS LES AUTRES? Pas tant de courses que de saisons. La série Supercross 2003 a été extrêmement difficile pour moi. Avec le recul, 2000 était un flou. Rien de vraiment excitant ne s'est produit, à part gagner mon premier 250 Supercross. Là encore, ce n'était pas un Supercross légitime, car c'était à Daytona. J'ai gagné mon premier championnat 250 en plein air, ce qui était super, mais c'est à peu près la seule chose mémorable pour moi de cette année. La seule course qui s'est démarquée a été ma dernière course de Supercross à Orlando en 2007. James et moi courions à une vitesse incroyable, mais cela semblait si facile. C'était très amusant.

A-T-IL ÉTÉ DIFFICILEMENT À PIED DES NATIONAUX DE 2007 TOUT EN MÊME LE CHEF DES POINTS? [Rires] Peut-être un peu. Roger DeCoster n'était vraiment pas content de moi. Je pense qu'il m'en veut toujours d'avoir arrêté, parce qu'il me suppliait de continuer. J'avais décidé de prendre ma retraite des années à l'avance. Je suis resté sur mon plan. Pas de regrets.

 

ALDON BOULANGERcamp carmichaeltchad roseauJAMES STEWARTJeremy McGrathKen roczenmotocrossaction motocrossMXArchRicky carmichaelUniversité ricky carmichaelRoger Decosterdonjon de RyanRyan VillopotoSUPERCROSS