TECHNOLOGIE MOTOCROSS OUBLIÉE : LE PREMIER CASQUE À IMPACT À ROTATION

  L'histoire du motocross est remplie d'exemples d'idées créatives qui ont été annoncées comme révolutionnaires, mais, en raison du rythme rapide des changements dans le développement, ont sombré dans le marais de la technologie oubliée. Bien qu'il soit préférable de laisser certaines idées abandonnées, d'autres étaient vraiment innovantes (sinon finalement couronnées de succès). MXA adore révéler les anecdotes techniques du motocross. Vous souvenez-vous de cette idée ? Le casque Lazer SuperSkin 2009.

Les casques de motocross modernes se sont concentrés sur l'atténuation des impacts de rotation depuis que 6D Helmets a présenté son casque ATR à double doublure équipé d'ODS en 2012. Il s'agissait d'une percée majeure dans la réduction de «l'accélération angulaire», qui se produit lorsque le casque touche le sol à une oblique. angle par opposition à tout droit. Depuis l'introduction du 6D ATR, pratiquement tous les casques sur le sol de la salle d'exposition ont un composant d'impact rotatif. Vous avez peut-être entendu parler de MIPS, Flex, MEDS, AIS ou MoRE, mais avant toute entreprise de casques de moto axée sur l'accélération angulaire, il y avait le casque Lazer SuperSkin.

L'idée SuperSkin était simple. Il était basé sur la peau humaine. Lorsque votre peau touche le sol à un angle oblique, elle glisse. Le casque SuperSkin a utilisé cette même stratégie organique. Le casque était recouvert d'une membrane souple et lubrifiée appelée SuperSkin qui diminuait les forces de rotation lorsque le casque touchait le sol. Cela a permis au casque Lazer de glisser plutôt que d'attraper et de se tordre. Lazer affirme que son SuperSkin innovant a réduit l'effet de rotation de 60 % dans les millisecondes critiques suivant le premier contact.

La société belge ne fabrique plus le casque SuperSkin et les casques Lazer n'ont jamais été populaires aux États-Unis.

Vous pourriez aussi aimer