LA VÉRITABLE HISTOIRE DU SUZUKI RM2005 À DEUX TEMPS DE RICKY CARMICHAEL

_hon1407_adj_lr

Par John Basher

Traverser la porte de la ferme GOAT de Ricky Carmichael évoque toujours une nervosité excitée utilisée pour rencontrer la royauté - ou, dans ce cas, la royauté du motocross. C'est parce que la réputation de Ricky Carmichael le précède, tout comme les terres sacrées que Carmichael a utilisées à l'entraînement pour remporter tant de championnats. Ayant visité la ferme à quelques reprises auparavant, j'en étais venu à croire que chaque morceau d'argile de Géorgie et chaque bâtiment délabré qui composait la ferme GOAT était imprégné de magie. Je ne savais pas dans quoi j'étais il y a quelques semaines lorsque je me suis rendu au Caire, en Géorgie, pour couvrir l'affaire annuelle de Ricky, le Suzuki Camp Carmichael. J'ai découvert des trésors qui étaient entreposés dans une grange sans prétention. Si vous avez manqué cette histoire, cliquer ici. Il s'est avéré que la multitude de pièces d'usine inestimables et de souvenirs de moto n'était que la pointe de l'iceberg.

Il s'avère que Ricky Carmichael est un collectionneur de motocross, mais pas comme la plupart d'entre nous. Je ne sais pas pour vous, mais je convoite les maillots de course et les anciennes plaques d'immatriculation. Je suis sûr que si je mettais la main sur un vélo d'usine, je ne laisserais pas un grain de saleté toucher le plastique, et encore moins laisser un pouce de poussière s'accumuler. Pas Ricky Carmichael, qui souscrit à l'idée qu'une couche de terre est aussi bonne qu'une bâche. Pourtant, Ricky est proche et cher au vieux fer de course (il aurait quelques vélos de course chez lui). La pièce «A» a été trouvée dans son garage de stockage sur la ferme GOAT. La Suzuki RM2005 250 de Carmichael était prise en sandwich entre une moto gonflée et une autre qui semblait avoir un million d'heures. C'était LA moto que Ricky a remporté sept courses de Supercross en route vers le titre de Supercross 2005.

_hon1387_adj_lr

J'ai jeté un coup d'œil à la moto, j'ai remarqué toutes les pièces d'usine dessus et l'ai immédiatement dirigée vers Ricky. Un regard choqué sur mon visage, j'ai réussi à laisser échapper: «Ricky! Est-ce… le… vélo? Vous savez, le dernier deux temps à avoir remporté un titre 250 Supercross? » Carmichael sourit en répondant: «Oui, c'est ça, Basher. Pourquoi veux-tu que je le monte? » À ce moment, j'ai presque perdu le contrôle de la vessie. Ricky m'a interrompu avant que je puisse passer un mot. "Désolé mon pote, mais la moto a besoin d'un peu de travail." Mon sourire se transforma en grimace. Pouvez-vous imaginer à quel point cela aurait été génial de voir Ricky défoncer une piste sur sa Suzuki RM2005 250?

Au lieu de convaincre Ricky de lancer sa Suzuki RM250 à deux temps, vainqueur du championnat Supercross, j'ai fait la meilleure chose suivante: prendre des photos de la moto. Il a fallu une boîte de Maxima SC-1 et beaucoup d'huile de coude pour enlever l'épaisse couche de poussière d'argile. Ce n'est que plus tard que j'ai découvert que Tom Willis avait remis le vélo en état de fonctionnement, en remplaçant les leviers, en plaçant une plaque d'immatriculation avant et en utilisant une roue métallique, des tampons SOS et un outil Dremmel pour éliminer une couche de rouille presque impénétrable. Il a dû passer des heures à lui redonner son éclat d'usine. Le RM250 s'est avéré incroyable, bien qu'il ait 11 ans.

J'ai poussé le vélo dans l'herbe et j'ai commencé à cliquer sur le déclencheur avec empressement des paparazzis autour d'une starlette d'Hollywood. La demi-heure suivante a été consacrée à regarder les pièces Suzuki et à avoir des flashbacks sur cette année fatidique. Vous souvenez-vous du mudder d'Anaheim 1, où James Stewart a fait ses débuts en 250? Vous souvenez-vous de l'ampleur de l'affaire que Carmichael a quitté l'usine Honda pour le programme Suzuki relativement peu prouvé? Ce vélo - le Suzuki RM2005 250 à deux temps de Ricky - était la pierre angulaire. À ce jour, c'est plus qu'une machine; c'est une capsule temporelle; c'est un morceau de déclaration; c'est une partie de l'histoire du motocross que je pensais ne plus exister. Pourtant, il était là, rangé dans un coin sombre d'un garage poussiéreux.

Plutôt que de simplement vous montrer des photos de la moto, j'ai pensé qu'il serait plus intéressant de discuter de la série Supercross 2005 avec les hommes derrière la moto - Ricky Carmichael, le directeur de l'équipe Suzuki Roger DeCoster et le mécanicien de Ricky Mike Gosselaar.

EN SIGNANT AVEC SUZUKI…

ricky-carmichael_2004-us-openRicky Carmichael était tout sourire dans les stands avant que la course ne se réchauffe à l'US Open de Las Vegas en octobre 2004. Cependant, le moyeu d'embrayage interne a lâché prise pendant que Ricky menait la deuxième nuit. 

Ricky Carmichael: «Le facteur décisif a été leur engagement. J'avais fait des allers-retours avec Honda, et ce fut un combat. J'étais attaché à Honda, croyez-le ou non. Je voulais rester avec Honda, mais la persévérance de Suzuki m'a convaincu de signer avec eux. Ils me voulaient vraiment, et je n'avais pas l'impression que Honda faisait cet effort supplémentaire. Honda était juste, mais j'avais l'impression qu'ils n'étaient pas pleinement engagés envers moi. Ils n'avaient pas confiance en moi comme ils l'avaient fait lorsque j'ai signé avec eux avant 2002. Cela m'a frotté dans le mauvais sens. J'ai eu beaucoup de succès avec eux. En même temps, j'ai été blessé [pour le Supercross en 2004]. Finalement, j'ai décidé d'aller à Suzuki en raison de leur dévouement envers moi. Croyez-le ou non, je n'ai pas pu rouler sur le RM250 avant de prendre la décision de signer avec Suzuki. Tout le monde fait cela [monte le vélo différent] avant de signer maintenant, même s'ils agissent comme ils ne le font pas. La plupart des gars veulent tester le vélo avant de signer avec l'équipe. Je n'ai pas eu l'occasion de le faire, car j'avais un LCA déchiré. Je suis juste entré dans l'aveugle, ne sachant pas vraiment ce que j'avais. J'ai fait mes recherches et j'ai écouté et regardé la moto. »

SUR RACING THE US OPEN…

Carmichael: «C'était amusant de courir la moto là-bas et d'en faire les débuts avant Anaheim, car j'ai pu voir où nous en étions et avec quoi je travaillais. Nous avons beaucoup appris. Je n'avais testé qu'une petite quantité à l'époque, donc c'était un bon échauffement pour Supercross. »

Roger DeCoster (alors chef d'équipe Suzuki): «Tout le monde était heureux de préparer le vélo pour Ricky et de le faire à son goût. La moto était plutôt bonne sur le plan de la puissance, mais nous sommes ensuite allés à l'US Open de Vegas. Bien que nous ayons testé, quelque chose a cédé dans l'embrayage. C'était assez embarrassant. »

Carmichael: «J'étais arrivé deuxième la première nuit et je menais la deuxième nuit avec une avance assez importante. Je cherchais bien pour l'ensemble. J'ai tenu Reedy [Chad Reed] à distance. Puis je suis tombé, car mon embrayage a cessé de fonctionner. Je me suis relevée et dès que je suis sortie du stade, mon vélo a cessé de rouler. Nous devions nous retirer. C'était quelque chose avec l'embrayage. "

Mike Gosselaar (mécanicien de Carmichael): «Nous avons fait la DNF la deuxième nuit. Le moyeu d'embrayage intérieur de ces vélos n'était pas aussi costaud qu'un moyeu d'embrayage intérieur Honda. Ricky étant le coureur dur qu'il est, a atterri à plein régime après un saut en sortant du stade. La chose lâche juste. Il en a fait tourner les splines. »

DeCoster: «Ricky était fou de ce qui s'était passé, mais nous l'étions tous. Nous étions fous et gênés. Les gars de l'usine sont retournés au Japon avec la queue entre les jambes et sont partis travailler. Ils l'ont fait réparer avant Anaheim, mais ce n'était pas une solution facile. C'est bizarre, car cela ne s'était jamais produit auparavant pendant toutes les heures de test. »

Gosselaar: «Ricky n'était pas trop content, mais moi non plus. Je pensais que quelque chose que j'avais fait s'était cassé. Ce fut une longue marche à travers les stands en se demandant ce qui s'est passé. Nous venions de terminer 24 motos sans échec et la deuxième nuit sur le RM250 le vélo se casse. »

SUR LES MODIFICATIONS DE VÉLO AVANT L'OUVERTURE SUPERCROSS 2005…

Carmichael: «Nous avons eu une énorme amélioration du moteur après l'US Open cette année-là. Nous avons fait nos tests de pré-saison juste avant l'US Open. Les ingénieurs sont retournés au Japon et ont fait quelques ajustements en fonction de mes commentaires. Ils sont revenus aux États-Unis quelques semaines plus tard et ont apporté des modifications à la soupape de puissance ou à la prise d'échappement. Quoi qu'ils fassent, c'était énorme. La moto est passée d'un dix à un 12. C'était incroyable. J'ai roulé sur ce réglage jusqu'à Daytona, c'est à ce moment-là que j'ai commencé à me débattre un peu. »

Gosselaar: «Suzuki avait fait beaucoup de changements. Ils étaient proactifs pour faire tout ce dont nous avions besoin. Ils sont sortis avec de nouvelles pièces de valve de puissance, ce qui a rendu la moto tellement meilleure. Une des grandes choses aussi, c'est que nous avons opté pour les pneus Bridgestone. C'était énorme pour Ricky. Nous avons essayé beaucoup de choses différentes. Je me souviens que nous avions fait tout de suite des pinces triples spéciales. C'est principalement sur la configuration du moteur que nous avons passé le plus de temps. Nous l'avons fait pour de meilleures performances, mais aussi pour le rendre plus fiable. Je me souviens que Pro Circuit nous a fait des tuyaux et des silencieux spéciaux. C'est probablement la partie la plus cool du vélo. J'aimerais avoir une de ces combinaisons de tuyaux et de silencieux. »

DeCoster: «Ricky n'a jamais été un gars à la recherche d'une puissance maximale. Il voulait pouvoir rouler agressivement. Il n'a jamais voulu que la moto accélère le freinage. Si la suspension avait touché le fond, il s'en fichait. Je me souviens de lui disant: «Si ça me donne un coup de pied dans les fesses, alors je recule. Assurez-vous simplement que l'arrière du vélo ne me frappe pas dans les fesses. »

Gosselaar: «C'était vraiment cool d'être chez Suzuki, car ils étaient très proactifs. Je pourrais demander quelque chose et avoir littéralement la pièce en main cette semaine-là. Ils n'avaient pas peur d'essayer quoi que ce soit. Travailler avec Ricky et Roger était génial. C'était un chéquier ouvert à l'époque. Tout ce que nous voulions et dont nous avions besoin nous a été donné. Roger aime les tests, et lorsque vous obtenez un pilote comme Ricky qui vous donne de bons commentaires et des résultats, tout a fonctionné. »

SUR LA COURSE DE BOUES D'ANAHEIM 1…

Carmichael: «Je suis toujours cochée quand je pense à cette course. C'était ma course à perdre, mais une erreur stupide a conduit à un renversement. J'ai fini troisième la nuit. Je voulais vraiment écraser le terrain ce soir-là, juste parce que tout le monde avait ses opinions et ses doutes quant à mon départ pour Suzuki. Je voulais le lui fourrer au visage [rires]. Ça allait bien pendant environ cinq tours. Je me suis quand même retrouvé sur la box, et pourtant c'était quand même une bonne nuit aux points. L'ouverture d'Anaheim était excitante. J'ai aimé qu'il pleuve, car il y a toujours tellement de battage médiatique autour d'Anaheim 1. J'ai l'impression que vous ne pouvez rien juger sur cette course. Certains gars sortent un peu de leur esprit et font mieux que d'habitude, et vice versa. Les bons gars qui prétendent au championnat veulent gagner A1, mais en même temps ils veulent sortir de là avec pas mal de points. Quand il pleuvait, cela faisait mijoter tout le monde. Pour moi, cela ressemblait à une course de mi-saison. »

DeCoster: «Ricky menait, et à un moment donné, il s'est écrasé et Kevin Windham a fini par gagner. Ricky a terminé troisième. Tous les principaux gars de Suzuki au Japon étaient à Anaheim pour voir le premier Supercross de Ricky sur la RM250. Le gars principal du Japon a commencé à me crier dessus. Il a dit: «Vous devez contrôler votre cavalier! Ricky était en tête. Il aurait pu ralentir et gagner. » Comme vous le savez, lorsque vous ralentissez dans la boue, les roues se bouchent et cela aggrave. Il vaut mieux garder sa vitesse, mais ce gars ne connaissait pas assez la conduite pour comprendre. Le gars me criait dessus devant les autres Japonais, nos mécaniciens et aussi Ian Harrison. Je suis revenu sur lui et je lui ai dit: «Hé, ça ne marche pas comme ça. Je ne vais pas dire à Ricky de ralentir parce qu'il a une avance de cinq ou dix secondes. » C'était une boue folle, et n'importe qui aurait pu s'écraser à tout moment. À vrai dire, j'étais vraiment content de la course. Ricky avait la vitesse et la moto fonctionnait bien. Cela m'a donné confiance que nous serions bien pour la saison. Ensuite, j'ai ce gars qui me crie dessus. Les patrons ne reçoivent jamais de réponse lorsqu'ils réprimandent leurs employés. Je suis revenu sur lui et j'ai commencé à crier. Les autres Japonais couraient et se cachaient [rires]. »

Carmichael: «Après la course, les ingénieurs étaient tellement en colère contre Roger. Tout le monde était bouleversé. C'était vraiment un taureau. Je me sentais mal pour Roger, car tout le monde avait fait son travail. Les ingénieurs paniquaient, mais en même temps, Roger et moi étions heureux. Nous avons battu Stew [James Stewart] et Reedy. Ce sont les gars que nous savions être là pour le championnat. C'était une sorte de victoire pour nous. »

SUR SA CONFIGURATION DE VÉLO SUZUKI RM250…

ricky-carmichael_2005-supercrossLa configuration de la moto Suzuki de Carmichael était plus équilibrée de l'avant vers l'arrière qu'elle ne l'était lorsque Ricky était chez Honda. En conséquence, il pourrait mieux traverser les whoops. 

Gosselaar: «Sa configuration de vélo a complètement changé après être passée à Suzuki. Sa configuration était beaucoup plus normale. Le tout avec la Honda, c'est qu'il n'avait pas la traction dont il avait besoin. Le CR250 a fait beaucoup de puissance, mais il était vraiment pointu. Cela lui a fait du mal à passer par les whoops, alors nous avons continué à baisser et à abaisser l'arrière pour empêcher la moto de le rebondir. »

Carmichael: «J'ai fait claquer l'arrière de la Honda. Sur la Suzuki, nous n'avions pas besoin de pansement pour le réparer avec la hauteur de caisse ou quoi que ce soit d'autre pour que le RM250 fonctionne correctement. Il avait une grande puissance avec une bonne courbe de couple. Les pneus étaient bons. Je n'ai pas eu à faire trop de compromis sur la machine pour compenser les inconvénients. Cela dit, je pourrais utiliser un vélo équilibré plus neutre. »

DeCoster: «Ricky n'a jamais été un gars à la recherche d'une puissance maximale. Il voulait pouvoir rouler agressivement. Il n'a jamais voulu que la moto accélère le freinage. Si la suspension avait touché le fond, il s'en fichait. Je me souviens de lui disant: «Si ça me donne un coup de pied dans les fesses, alors je recule. Assurez-vous simplement que l'arrière du vélo ne me frappe pas dans les fesses. »

Gosselaar: «Il se sentait tellement mieux sur la Suzuki dans les whoops. Le moteur et les pneus étaient la grande chose. Il a pu mettre le pouvoir au sol efficacement. Il n'était pas vraiment joli dans les whoops, mais il était capable de les traverser beaucoup mieux. Je me souviens de la deuxième course, il a dépassé [Chad] Reed dans les whoops. Jusque-là, il n'a jamais pu faire ça. Cela a renforcé sa confiance, car il n'avait pas pu dépasser Chad dans les whoops avant cela. Il a quasiment dépassé Chad et l'a laissé dans la poussière. »

Carmichael: «Je n'ai vraiment pas eu de douleurs de croissance avec la moto. Le plus gros moment que nous avons eu du mal a été juste après la mi-parcours de la série. Nous avons essayé de rendre la moto meilleure qu'elle ne l'était déjà. Les autres gars se mettaient également en meilleure forme et se frayaient un chemin vers l'amélioration, tandis que je commençais la série en très bonne forme. J'ai mis beaucoup de temps de conduite hors saison et de tests dans la moto. J'ai été très minutieux avec mes tests et je me suis assuré qu'aucune pierre n'était laissée non retournée. J'ai confirmé deux fois mes paramètres afin qu'il n'y ait pas de va-et-vient. J'étais toujours assez à l'aise sur le RM250 jusqu'à ce que nous le commutions pour essayer de l'améliorer [rires]. »

_hon1377_adj_lrVisiblement porté, mais toujours jonché de composants d'usine, le RM2005 250 de Ricky Carmichael fait partie de l'histoire du motocross. Si vous cliquez sur l'image pour faire exploser la taille, jetez un œil au 'O5 RC T3' estampé dans le support de montage inférieur du tuyau Pro Circuit. «05» signifie 2005; «RC» sont évidemment les initiales de Ricky; 'T3' différencie cette conception de tuyaux des autres tuyaux spécifiques à Carmichael.

_hon1383_adj_lrUn moyeu en magnésium, des fourches Showa (avec des cornes robustes) et un rotor avant surdimensionné ne sont que quelques-unes des pièces intéressantes de cette photo.

_hon1391_adj_lrLe côté allumage de la moto montre l'étendue réelle de l'usure du RM250. Prenez note du couvercle personnalisé «RC4» sur le moteur. Les vrais secrets d'usine se trouvent à l'intérieur du moteur et du carburateur.

_hon1379_adj_lrL'amortisseur d'usine Showa semble si basique par rapport aux conceptions d'amortisseurs d'aujourd'hui. Vérifiez la rondelle percée et les boulons en titane. Au-dessus, vous verrez le siège rasé, avec la housse sur le point d'être usée.

_hon1390_adj_lrEst-ce que tu le vois? Regarder de plus près. Caché sur le protecteur de rotor avant en fibre de carbone de l'usine (avec étrier intégré) est le célèbre numéro 4 de Ricky. 

Vous pourriez aussi aimer