PRO TAPER PRÉSENTE LE RAPPORT DE MI-SEMAINE DE MXA PAR JOHN BASHER

PHOTO DE LA SEMAINE

Johnny Jelderda se présente à une berme Milestone à bord de la Kawasaki KX2016F 250. Photo de John Ker.

LA FIÈVRE À DEUX TEMPS: YAMAHA YZ2015 125

MINI-VUE: GAUTIER PAULIN

Par Jim Kimball
Photos par Massimo Zanzani

Le Français Gautier Paulin a terminé deuxième de la série MXGP 2015. Il était très bon dans le sable, mais a eu du mal sur des pistes difficiles.

Gautier, commençons par votre déménagement de Kawasaki à Honda. La principale motivation était que je pouvais voir combien HRC Japan investissait dans l'équipe. Honda a toujours été un leader du motocross, et il semblait qu'ils revenaient plus forts que jamais. C'était la raison principale. De plus, j'étais à Kawasaki depuis longtemps, mais je ne serais plus le leader, car Ryan Villopoto venait. Cela m'a également aidé à changer d'avis et à quitter Kawasaki. Il y avait une chance de venir en Amérique, mais le timing était si serré avec le contrat de Ryan et le mien, et j'ai juste choisi de partir.

Je parlais avec Dan Bentley, le manager de l'équipe américaine Honda, et il a dit que l'intention était d'avoir un effort mondial plus fort dans toutes les courses de motocross. Oui c'est vrai. Je tiens à remercier Dan, qui a tant aidé au cours de la dernière année. Il m'a aidé à essayer de nouvelles pièces et je sais qu'il travaille plus que jamais pour nous rassembler. Cette synergie fonctionne bien dans les deux sens, et j'espère qu'ils pourront aussi apprendre de nous. J'ai vraiment hâte de travailler plus ensemble. J'ai essayé leur vélo et c'est très bien. Bien sûr, il existe différentes réglementations avec l'Europe, mais je pense qu'il est bon de partager afin que nous puissions être plus forts.

Vous avez terminé deuxième du Championnat du monde 2015 de 450, mais vous n'en êtes probablement pas trop content. Chaque athlète veut gagner, et mon objectif est de gagner, c'est clair. Ce fut un mauvais début de saison, très mauvais en fait. La moto était super sur les pistes de sable, mais sur le hard pack ce n'était pas si bon. L'objectif était d'améliorer course après course, car la série se déroulait et c'était difficile à tester. Valkenswaard était très bon pour moi, et à partir de là, j'ai continué à pousser et à pousser. Mais je me suis blessé au genou et au ménisque, et j'ai eu mal pendant un mois ou deux. J'avais aussi besoin d'aller au Japon et de tester, donc c'était très occupé et difficile à récupérer. Ce fut une saison difficile, et pas la saison que je voulais. Je voulais remporter plus de victoires, mais je pense que l'année prochaine sera bien meilleure. Je connais mieux l'équipe, ils me connaissent et ce que je dois améliorer pour 2016.

Paulin a rejoint HRC Honda en 2015 et devait être candidat au titre. Cependant, des blessures et des problèmes de vélo l'ont tourmenté.

Votre coéquipier Honda, Evgeny Bobryshev, a connu l'une de ses meilleures saisons et a terminé juste derrière vous au championnat. Comment est ta relation? C'est bon. Pendant un moment, je courais essentiellement avec une seule jambe, donc nous avons eu une bataille serrée dans les points, mais la relation est bonne. Nous n'avons pas de règles au sein de l'équipe, et nous avons beaucoup de respect les uns pour les autres. Il n'y a rien de spécial. Nous ne sommes pas les meilleurs amis, mais nous sommes de bons coéquipiers.

Jean-Michel Bayle est membre de l'équipe. Qu'apporte-t-il? Oui, Jean-Michel est impliqué dans l'équipe. La plupart du temps, il nous filme, puis nous donne des commentaires sur les points à améliorer.

Gautier a couru les trois premières courses de 250 West Supercross en 2010. Son meilleur résultat était une sixième à Anaheim 2.

Vous avez toujours été intéressé par le Supercross et avez couru quelque 250 Supercross Ouest il y a quelques années. Serez-vous de retour? Oui. J'ai beaucoup d'intérêt pour Supercross. Je suis déjà sous contrat pour courir le MXGP en 2016, mais je pourrais peut-être partir aux États-Unis en 2017. J'ai toujours aimé le Supercross et je me sens vraiment bien en Amérique. Il est possible que je fasse un peu de Supercross plus tôt, mais je devrai peut-être aussi me faire opérer le genou. Si je peux rouler, je veux faire tout ce que je peux pour faire quelques courses de Supercross.

Selon vous, quelle est la raison pour laquelle il y a eu tant de blessures cette année? C'était difficile parce que le niveau de tous les concurrents était assez élevé, et parfois les pistes n'étaient pas si bonnes. La préparation de la piste était parfois mauvaise à cause d'un arrosage excessif et de la création d'une seule bonne ligne. De plus, en Europe, nous avons deux jours de course. Parfois samedi, la piste peut être très bonne, mais dimanche ce n'est pas bon. De plus, il y a parfois les autres classes européennes et les pistes deviennent difficiles. C'est du motocross, mais je pense qu'il peut être amélioré donc il y a beaucoup moins de blessures que cette année. Les organisateurs sont assez ouverts à ce sujet, c'est donc une bonne chose. On nous dit qu'ils font le meilleur travail possible avec les conditions et nous promettent que les choses vont changer pour l'année prochaine. Il y a eu quelques mauvaises choses et quelques bonnes choses cette année, et nous verrons ce qu'ils ont fait pour 2016.

En parlant de 2016, comment pouvez-vous gagner le championnat? Comme cette année, je pense que le championnat sera très ouvert à tous les meilleurs pilotes. Il y aura de nombreuses situations où la piste pourra changer au cours du week-end. Peut-être être très sec samedi et pleuvoir toute la nuit pour faire une piste boueuse dimanche. Je vais me concentrer uniquement sur ma propre circonscription et essayer d'améliorer tous les points faibles que je peux. Il y aura beaucoup de pilotes rapides, et vous ne savez jamais en motocross. Le niveau est élevé, et souvent les cinq premiers sont tous sur la même seconde. Les pistes ont été plus petites et moins bonnes que par le passé, il est donc difficile de trouver des lignes. La course a été excitante pour les spectateurs car ils ont vu plusieurs vainqueurs différents. Cependant, si nous ne pouvons pas passer, cela rend la course lente et ennuyeuse. Beaucoup ne s'attendaient pas à ce que certains des nouveaux gars gagnent comme ils l'ont fait, mais tout le monde poussait au plus haut niveau dans le sport. Tous les coureurs s'entraînent dur et tous les vélos sont bons. La grande chose est d'être bon sur toutes les pistes.

QUE FAIT LE MXA WRECKING CREW

Nous avons tous les modèles 2016 quatre temps 250 en notre possession. Pouvez-vous dire une fusillade?

C'est une autre semaine chargée pour le gang MXA. Mardi dernier, nous nous sommes rendus à Milestone et avons testé la Kawasaki KX2016F 250 (vue ci-dessus). Nous avons été inondés de vélos 2016, ce qui n'est pas une mauvaise chose. Jeudi, nous avons chargé les 250 quatre temps et sommes partis pour Glen Helen pour commencer les tests de comparaison de vélos. Ces tests se sont poursuivis tout au long du week-end. Les vélos ont été rangés dans la grange de Jody, où il a pesé chaque vélo (vous verrez ces chiffres dans un prochain numéro de MXA).

Notre chef intrépide, Jody, est fier de peser tous les nouveaux vélos. Si vous regardez attentivement, vous pouvez voir des parapluies, des marqueurs de piste, des casques MXA et quelques couvercles plus anciens accrochés aux chevrons de sa grange.

Une tempête de pluie anormale a soufflé et a entravé les essais, mais cela n'a pas empêché l'équipe de démolition de MXA de retourner à Glen Helen mardi pour commencer notre 450 Shootout à quatre temps. La vidéo de 450 tirs sera disponible, mais ne vous attendez pas à ce que nous vous remettions les résultats sur un plateau d'or. Après tout, les ventes de magazines sont importantes pour le résultat net. Cependant, la vidéo donnera une bonne compréhension des forces et des faiblesses de chaque vélo. Vous pouvez en tirer vos propres conclusions.

Un aperçu de près du Husqvarna FC2016 250. Remarquez le Moto-outil Balance numérique d'affaissement Slacker. C'est un outil précieux pour mesurer facilement l'affaissement de la course.

Préparez-vous pour la vidéo de fusillade à quatre temps 450!

CITATION DE LA SEMAINE: BLAKE BAGGETT

«Si vous allez jouer sur quelque chose, vous pourriez aussi bien jouer sur vous-même. C'est l'objectif derrière l'achat d'une propriété en Floride et l'investissement dans tout ce que j'ai. Je l'ai utilisé à mon avantage. Les gars rapides viennent rouler, et cela devient le lieu d'entraînement ultime. Bien sûr, j'ai mis beaucoup d'argent dans mon ranch, mais si cela me donne les résultats, cela en vaudra la peine. C'est le plan, de toute façon. »- Blake Baggett.

CLIQUEZ ici pour lire l'interview.

PROJECTEUR DE PRODUIT: DÉCALQUE FONCTIONNE LES PLAQUES LATÉRALES CRF

[Communiqué de presse]

Cliquez sur l'image ci-dessus pour afficher le site Web DeCal Works.

RED BULL RHYTHM DROIT 2015: FAITS DROITS

Le format en tête-à-tête, ainsi que la piste et l'emplacement uniques dans SoCal, font du Red Bull Straight Rhythm un événement très intéressant. Photo par Chris Tedesco / Red Bull Content Pool.

Le deuxième Red Bull Straight Rhythm annuel prend son envol ce samedi au Pomona Fairplex dans l'étouffante SoCal. Découvrez le maigre de la première course hors saison en lisant ci-dessous. Soit dit en passant, si vous ne vous dirigez pas vers le rythme droit, vous avez de la chance, car Red Bull le diffuse en direct sur son site Web (cliquez sur ici).

L'EMPLACEMENT

Les spectateurs verront de près l'action… c'est-à-dire une fois que les coureurs seront en vue. Photo par Chris Tedesco / Red Bull Content Pool.

Le premier Red Bull Straight Rhythm a eu lieu au Pomona Fairplex, au même endroit que le LA County Fair. L'année dernière, la piste «déroulée» d'un demi-mile de long a longé la piste de traînée, mais Red Bull s'est judicieusement déplacé vers la piste de chevaux. Les tribunes devraient offrir une meilleure ombre et plus de visibilité. Les festivités commencent à 1h2 ce samedi 12 octobre.

L'adresse de Pomona Fairplex:
1101, avenue McKinley Ouest
Pomona, Californie 91768

LE COURS

Frotter pour rester bas est essentiel pour gagner le Red Bull Straight Rhythm. Photo par Christian Pondella / Red Bull Content Pool.

Il y aura un départ surélevé, qui ajoute une touche à un concept déjà unique. Un total de 74 fonctionnalités seront jonchées sur la piste de 2500 pieds de long, qui n'a évidemment aucun virage. L'année dernière, le départ s'est déroulé directement dans une série de whoops, mais pour 2015, les concepteurs de parcours ont mis en place trois doubles consécutifs avec des visages raides pour encourager les coureurs à frotter bas et à maintenir l'élan. Il y a aussi plusieurs contrôles de vitesse, cinq dessus de table, un tas de whoops de tailles différentes, et la ligne d'arrivée est après un double (l'année dernière, la ligne d'arrivée était sur le devant du double).

LE TEMPS

Apportez la crème solaire. Le sommet atteindra environ 100 degrés, à peu près au moment où les quarts de finale devraient décoller.

LE FORMAT

Tout comme l'année dernière, les coureurs auront des séances de qualification pour déterminer leur ordre de course. Une fois terminé, deux coureurs s'affronteront dans un format face à face. C'est un concours des trois meilleurs, où un coureur avancera après avoir battu l'autre coureur deux fois. À mesure que le terrain diminue, la compétition devient plus difficile.

LES COUREURS

Justin Brayton (à gauche), James Stewart (au centre) et Malcolm Stewart (à droite) étaient les trois premiers de la classe Open l'an dernier. Ils seront de retour ce week-end, seul Malcolm courra dans la catégorie 250. Photo par Garth Milan / Red Bull Content Pool.

* Cette course marque le retour de James Stewart depuis qu'il a couru le Red Bull Straight Rhythm l'année dernière. Le rythme droit n'est pas sanctionné par l'AMA, c'est pourquoi Stewart a pu concourir à Pomona en 2014. Cependant, cela fait un an que Bubba s'est aligné jusqu'à la porte.

* Les résultats de la classe Open de l'an dernier ont permis à James Stewart de gagner, suivi de Justin Brayton et Malcolm Stewart. Dean Wilson a terminé quatrième. Dans la classe 250, Marvin Musquin a remporté la victoire, devançant Justin Hill.

* À ne pas retirer de la course l'an dernier, mais les deux domaines ont considérablement plus de talent en 2015. La classe Open comprend Stewart, Ryan Dungey (absent l'année dernière), Ken Roczen (également absent), Marvin Musquin, Dean Wilson et Justin Brayton . N'importe lequel de ces gars pourrait finir en finale. Dans la classe 250, cela semble être une affaire Troy Lee Designs KTM contre Geico Honda.

* Rappelez-vous quand Travis Pastrana a couru une Suzuki RM500 deux temps, surnommée la «RM-Zilla», l'année dernière? Il ne reviendra pas, car il a des conflits d'horaire avec sa tournée Nitro Circus Live. Il a fourni un divertissement durable quand il a devancé Josh Hansen dans la deuxième course et a tiré un backflip sur la ligne d'arrivée en double.

Classe ouverte:
James Stewart
Ryan Dungey
Doyen Wilson
Ken Roczen
Marvin Musquin
Justin Brayton
André Court
Vince Frise
Kyle Chisholm
Thomas Ramet
Kyle Perdrix
Josh Hansen
Mike Alessi
Ivan Tedesco
Brett Metcalfe
Nick Wey

Classe 250:
Jessy Nelson
Shane Mc Elrath
Justin Hill
Matt Bisceglia
RJ Hampshire
Malcom Stewart
Kyle Régal
Jordan Smith
Brandon Scherer
Michel Leib
* La classe sera réduite de 10 à huit coureurs après les qualifications chronométrées vendredi.

QUI VA GAGNER?

Mon argent est sur ce gars pour la victoire dans la classe Open. Photo par Christian Pondella / Red Bull Content Pool.

En regardant dans ma boule de cristal, je prévois une fusillade entre James Stewart, Ryan Dungey, Ken Roczen et Marvin Musquin. Tous ont quelque chose à prouver, et en tant qu'athlètes sponsorisés par Red Bull, chacun aura soif (sans jeu de mots) de régner en maître pour son grand sponsor. Soit dit en passant, n'est-il pas intéressant de constater le manque de participation des athlètes sponsorisés par Monster, mais la flotte de talents de Red Bull disputera la Monster Energy Cup une semaine plus tard? Pour en savoir plus sur le MEC, revenez la semaine prochaine.

Qui remportera le deuxième Red Bull Straight Rhythm annuel? Je vais avec James Stewart. Ce cours est fait sur mesure pour le maître de gommage. Bubba est sans aucun doute sous tension pour fumer le terrain après la longue mise à pied. Ce sera une finale Stewart contre Musquin. Tamponnez-le. Dans la classe 250, j'irai avec Jessy Nelson. Il vient de remporter une remarquable victoire à l'USGP, et j'aime ses chances pour le titre 250 West en 2016. Straight Rhythm sera un prélude à ce qu'il fera dans les mois à venir. Nelson devancera Malcolm Stewart en finale.

MINI-VUE: FILIP BENGTSSON

Entretien gracieuseté de 24MX Honda Racing

La saison 2015 n'était pas seulement le premier passage à plein temps de Filip Bengtsson sur le MXGP World Tour, c'était sa première saison complète de GP. En regardant en arrière, il a rassemblé de bons souvenirs et des moments qu'il préférerait oublier. Cependant, le pilote Honda 24MX a terminé l'année avec un petit bonus, remportant deux trous dans ses trois courses MXoN devant une foule massive. Nous nous sommes entretenus avec «Fillibang» à propos du MX des Nations et de 2015 dans son ensemble.

Vous êtes connu comme un excellent débutant et, finalement, au MX of Nations, vous avez fait des escapades exceptionnelles. Ça a dû être un grand frisson?
C'était incroyable d'avoir une bonne réaction, de l'épingler et de prendre le holeshot dans la plus grande course de la saison! Avec autant de gens qui applaudissent et regardent partout dans le monde, c'est un buzz formidable de franchir cette ligne en premier. J'ai pris soin d'entrer dans le virage pas trop enthousiaste, mais après l'avoir réussi dans la course de qualification, je savais que je pouvais le refaire le jour de la course. Dans la finale combinée MXGP / Open, c'était à nouveau un appel serré entre moi et Ben Townley, même si j'ai finalement remporté le prix Fox Holeshot. C'était dommage que dans l'agitation après la course, j'ai oublié de récupérer le chèque de trous mais j'ai entendu dire qu'ils enverraient alors c'est cool!

Avec l'équipe de Suède, vous étiez sur la voie d'une place dans le top 10 avant la dernière manche. Même si Fredrik Noren n'était pas là, cela aurait été agréable?
Absolument, le top 10 était notre objectif et nous avons tous très bien roulé. Après avoir pris le trou, je ne voulais pas laisser Townley passer comme samedi alors je l'ai dépassé à nouveau mené pendant environ un demi-tour. Malheureusement, j'ai fait une excursion hors piste très tôt et cela a brisé mon rythme. À ce moment-là, la piste était super noueuse avec toutes les bosses et ornières de freinage. Je me sentais vraiment fatiguée dans mes bras, le syndrome des bras de singe tu sais! Pendant la majeure partie de la course, je me suis tenu au 15e rang avec Dennis Ullrich poussant derrière moi. Après quelques tours, j'ai fait une autre erreur et c'est ainsi que nous avons perdu le top 10 au classement des Nations.

Votre pilotage, sur une piste très technique en pack dur, a été bon le week-end dernier.
La vitesse était en effet positive. Samedi et lors de la première course de dimanche, je me sentais bien. Après un mauvais départ en moto 1, j'ai senti que c'était l'une de mes meilleures courses sur hard-pack. J'ai terminé 8e des pilotes MXGP, donc pour moi, c'est un résultat solide. Samedi, j'étais 8e dans la course de qualification MXGP. C'est la confirmation que je deviens plus fort dans ce genre de conditions.

Quel regard portez-vous sur la saison?
Ça a été une saison avec des hauts et des bas. J'ai été un peu lent à démarrer, même si je me sentais assez fort physiquement au début de la saison. La première course outre-mer a été un désastre. Le premier GP d'Europe à Arco di Trento s'était plutôt bien passé pour moi mais quand j'ai eu cette grosse chute à Valkenswaard, cela m'a beaucoup retardé et cela m'a coupé le vent. J'ai subi une grave commotion cérébrale qui m'a mis longtemps à récupérer. Vous voyez comment les blessures pendant la saison peuvent affecter même les gars les plus rapides. Par exemple, quand Max Nagl est revenu, il a eu du mal à atteindre le niveau qu'il avait plus tôt dans la saison.

Pour cette saison, vous êtes passé de la moto 350 à la 450. C'était génial?
Ce fut une expérience vraiment intéressante et j'ai beaucoup appris. En pratique, il n'a jamais été aussi difficile de rouler avec le plus gros vélo car il se comporte si bien. Quand il y a plus de pression et que vous êtes en situation de course, c'était un peu différent. Vous devez en fait adapter votre style de pilotage, vous devez être plus fluide sur le gaz et vraiment respecter la moto. Surtout sur hard pack! En fin de compte, vous avez beaucoup plus de puissance, vous ne pouvez donc pas l'épingler partout.

En MXGP, vous avez obtenu des résultats parmi les 10 premiers, mais vous étiez le pilote dominant lorsque vous avez couru en Suède, vous étiez sur le podium lors de courses internationales en Hollande et en Belgique. La vitesse était là, alors sur quoi devez-vous travailler?
C'est bien d'avoir de bons résultats en course internationale mais en MXGP le terrain est bien sûr beaucoup plus empilé. Traduire cette vitesse en résultats au plus haut niveau est une question d'expérience. Comment faire face à la pression, comment gérer la mise en place et la préparation, mais aussi j'ai eu beaucoup de mal avec les voyages à l'étranger, ce qui était nouveau pour moi. Je ne veux pas l'utiliser comme excuse mais je n'ai jamais fait de saison de GP complète auparavant, pas en MX2 non plus. Donc, alors que je suis entré dans la saison avec l'expérience de 9 GP, une autre recrue MXGP comme Glenn Coldenhoff avait 50 GP, c'est cinq fois plus. La plupart des autres gars de ce niveau ont accumulé plus de 100 GP.

Alors, où cela vous laisse-t-il pour la saison prochaine?
J'aimerais bien rester à MXGP mais je sais que cela pourrait être difficile. Les budgets sont serrés partout, vous voyez même des équipes d'usine passer des équipes de trois pilotes à deux gars. Cela rend les choses encore plus difficiles pour les pilotes comme moi. J'ai quelques réunions cette semaine et la semaine prochaine alors j'espère que j'en saurai bientôt plus sur mon avenir.

ANNONCE DE L'HORAIRE NATIONAL AMA 2016: LE SOUTHWICK EST DE RETOUR!

C'est formidable de voir que Southwick est de retour sur le calendrier national. Pouvons-nous maintenant ramener Ricky Carmichael à la course dans les sables de la 'Wick? Je continuerai de rêver.

LE CALENDRIER 2016 EST-IL MIEUX QUE 15? Absolument. Avec Southwick remplaçant la ronde de l'Utah, comment le calendrier ne pourrait-il pas être meilleur? Ce n'est pas juste que l'Utah ait perdu une autre course professionnelle (Salt Lake City Supercross, n'importe qui?), Mais Miller Motorsports n'était pas le bon endroit pour une course de calibre national. Il doit y avoir de meilleures pistes dans l'Utah qu'un bol à poussière artificiel. De plus, le calendrier 2016 comprend un sursis de deux semaines fin juillet / début août. Ce sera une pause bienvenue pour les coureurs et les équipes. Il y a encore un week-end entre la fin de la série Supercross et le début des championnats nationaux.

QUELS SONT LES GRANDS CHANGEMENTS POUR 2016? Mis à part le retour de Southwick, High Point et Muddy Creek ont ​​fait volte-face. High Point en est maintenant à sa quatrième manche - il est intéressant de noter que c'est encore plus tard dans l'année que la course de 2015. De plus, Budds Creek est maintenant l'avant-dernier tour, plutôt que de précéder Red Bud.

HORAIRE NATIONAL AMA 2016

21 mai… Hangtown
28 mai… Glen Helen
4 juin… Thunder Valley
18 juin… High Point
25 juin… Muddy Creek
2 juillet… Red Bud
9 juillet… Southwick
16 juillet… Spring Creek
23 juillet… Washougal
13 août… Unadilla
20 août… Budds Creek
27 août… Ironman

Blake Baggetttravaux de décalcomaniepaulin gautierentretienJAMES STEWARTJim KimballJEAN BASHERRAPPORT DE MI-SEMAINEl'eaured bullrythme droit du taureau rougefusillade